L'information utile et les outils pratiques au service de vos intérêts
Suivez-nous

Actualité bourse : confiance mais prudence

Après un début d’année chaotique, les marchés se sont d’abord stabilisés, puis sont même repartis un peu de l’avant. Sur le front macro économique, ils ont été encouragés par des chiffres de prévisions de croissance revus en hausse aux Etats-Unis comme en Europe. De nouveaux signaux positifs nous sont parvenus des pays périphériques de la zone euro.

PEA, le portefeuille Actions de Dispofi

Sur le plan micro économique, les résultats des entreprises restent en revanche contrastés, même si les bonnes surprises sont un peu plus nombreuses que les mauvaises. Les dirigeants paraissent plus confiants pour l’exercice qui commence, malgré l’impact de parités de change toujours défavorables.

Quelques gros nuages noirs restent à l’horizon. D’abord, la situation dans les pays émergents, que l’on sent toujours instables : créances douteuses dans les banques, devises fragiles, retraits massifs de capitaux occidentaux font peser une incertitude sur leur évolution à court terme. Prudence donc de ce côté.

Certains pays, France en tête, ne parviennent pas à respecter leurs engagements en matière de déficit, entraînant un nouvel accroissement de leur dette.

La poursuite de la montée du chômage, prenant à contrepied les engagements gouvernementaux, ne contribue naturellement pas au rétablissement d’une confiance pourtant indispensable.

Les prochaines échéances électorales entraîneront probablement un remaniement ministériel, accompagnant un recentrage politique et économique dont la nécessité apparaît chaque jour plus évidente. Entre les signaux encourageants et ceux qui le sont moins, il faudra donc naviguer à vue.

Nous restons fidèles à nos convictions et à notre cap, considérant que nos choix de début d’année devraient montrer leur pertinence au fil des mois. Nous sommes confiants sur l’évolution des actions – au moins pour les deux prochains mois – mais restons vigilants dans un contexte qui reste marqué par l’instabilité.

Tableau de bord

Inflation sur un an glissant :+0,6% (en janvier)
Taux Livret A:1,25%
Taux Livret Développement durable:1.25%
Taux Livret Epargne populaire:1,75%
Emprunt d’Etat à 10 ans:2,20%
Emprunts secteur privé à plus de 7 ans:2,44%
Actions(indice CAC40) depuis le 1.1.2014:+2,34% (au 27/02)

Société Générale

Malgré un repli de 1,2% du produit net bancaire et de 13,7% du résultat d’exploitation, le résultat net part du groupe se trouve multiplié par près de 3 à 2,17Mds d’euros, soit 2,40 euros par action. Le dividende, porté à 1 euro, sera détaché le 27 mai et mis en paiement le 30 mai. Le bilan est très solide avec un bon niveau de provisionnement des risques.

L’avis de Dispofi : la valeur a connu un beau rétablissement, s’adjugeant plus de 11% depuis le 1er janvier. La forte hausse du dividende illustre la confiance des dirigeants. Conservez.

Plus d'infos sur l'action

Air Liquide

Une conjoncture mondiale en amélioration et l’accélération de la croissance aux Etats-Unis et en Chine expliquent la progression de l’activité en 2013 explique le PDG Benoît Potier. Le groupe a poursuivi sa politique d’innovation dans l’hydrogène énergie et a ouvert au Qatar la plus importante unité de production d’hélium au monde. La diversification dans la Santé – notamment les soins à domicile – s’est traduite par de nouvelles acquisitions en France, en Pologne, en Scandinavie et en Australie. Enfin, des investissements importants ont été réalisés sur les marchés en croissance. En termes de chiffres,  l’exercice 2013 s’est soldé par un total de facturations de 15,22Mds d’euros, en repli de 0,7% en données publiées, mais en hausse de 3,1% hors effets négatifs de change. A données comparables, le résultat opérationnel courant ressort à 2,58Mds d’euros (+1,1%) et le résultat net part du groupe à 1,64Md d’euros (+3,1%) soit 5,28 euros par action. Le dividende a été fixé à 2,55 euros (+2%) et sera détaché le 16 mai pour une mise en paiement le 21 mai. Enfin, comme nous vous l’avions indiqué, le groupe distribuera 1 action gratuite pour 10 le 2 juin. Pour l’exercice qui commence, Benoît Potier table sur une nouvelle progression de l’activité et des résultats.

L’avis de Dispofi : après une année 2013 en demi-teinte, pénalisée par les effets négatifs de change, 2014 se présente sous de meilleurs auspices. L’action mérite toujours de figurer en fond de portefeuille. La création de valeur reste significative sur le long terme. On l’achètera sur tout repli significatif dans la zone des 90 euros (avant attribution d’actions gratuites).

Plus d'infos sur l'action

L'Oréal

En 2013, ses ventes ont crû de 5% (+2,3% après effets négatifs de change) à 22,98Mds d’euros. Le groupe a gagné des parts de marché dans tous ses métiers et dans toutes les zones géographiques. Hors effets de change, les nouveaux marchés (+9,4%) sont les plus dynamiques, notamment l’Afrique-Moyen-Orient (+18%), l’Amérique Latine (+10,8%) et l’Asie-Pacifique (+9,7%). La rentabilité s’est établie à un niveau record. Le résultat d’exploitation a progressé de 4,8% à à 3,87Mds d’euros et le bénéfice net part du groupe de 4,9% à 2,95Mds d’euros. Le bénéfice net par action ressort à 5,13 euros. Le dividende est augmenté de 8,7% à 2,50 euros. Il sera détaché le 29 avril pour une mise en paiement le 5 mai. D’autre part, L’Oréal a racheté à Nestlé 8% de son propre capital qui seront annulés. Cette opération entraînera une hausse de 5% du BNpa en année pleine. Nestlé conservera 23,29% et agira de concert avec le groupe familial Bettencourt. Pour 2014, le PDG Jean-Paul Agon espère, une nouvelle fois, progresser plus vite que le marché mondial des cosmétiques. Il peut compter sur ses marques phares, sa politique d’innovation et son dynamisme commercial. En première approche, nous prévoyons pour notre part un BNpa de 5,50 euros cette année.

L’avis de Dispofi : toujours un parcours sans faute, malgré des effets de change pénalisants.Le retrait partiel de Nestlé ne constitue à nos yeux que la première étape d’une recomposition du capital du groupe qui donne à la valeur un intérêt spéculatif. Les fondamentaux sont solides. Ceux qui ne l’ont pas pourront acheter vers 120 euros.

Plus d'infos sur l'action

Volkswagen

Le groupe allemand a battu un nouveau record l’an dernier avec près de 9,8 millions de véhicules vendus (+4,9%). Son chiffre d’affaires a progressé de 2,2% à 197Mds d’euros et son résultat opérationnel de 1,5% à 11,67Mds d’euros. Le bénéfice net part du groupe se replie de 4,55% à 9,14Mds d’euros soit 18,63 euros par action. Les effets négatifs de change sont passés par là. Le montant du dividende a été fixé à 4 euros par action (+14,28%). Pour l’exercice qui commence, les dirigeants s’attendent à une stabilité des ventes (entre -3 et +3%) et des résultats. L’année a bien démarré avec des ventes en hausse de 6,5% au mois de janvier. Nous prévoyons un BNpa de l’ordre de 20 euros.

Le groupe ne néglige pas l’avenir puisqu’il travaille sur un prototype de véhicule qui, pouvant monter jusqu’à 160Km/heure, ne consomme qu’1 litre de carburant aux 100Km. D’autre part, il a lancé une offre de rachat de 6,7Mds d’euros sur les 37,4% du constructeur de poids lourds Scania qu’il ne possède pas encore.

L’avis de Dispofi : même en bas de cycle, le constructeur est resté largement bénéficiaire. Sa situation financière est extrêmement solide puisqu’il n’a aucune dette et une trésorerie nette supérieure à 16Mds d’euros. Ceux qui n’ont pas la valeur pourront commencer une ligne vers 180 euros.

Plus d'infos sur l'action

BNP Paribas

2013 a été pour le groupe un exercice de consolidation plus que de croissance. A 38,82Mds d’euros, son produit net bancaire (l’équivalent du chiffre d’affaires pour une banque) se replie de 0,6%. Le résultat brut d’exploitation progresse légèrement à 12,68Mds d’euros (+1,2%). Le coût du risque s’établit à 4Mds d’euros (+2,9%), dû essentiellement à la filiale BNL en Italie. Une provision inattendue de 1,1Md de dollars concernant des opérations avec l’Iran soumis à des sanctions, pèse sur le bénéfice net qui baisse de 26,4% à 4,83Mds d’euros soit 3,69 euros par action. Le dividende est maintenu à 1,50 euro. Le bilan du groupe demeure très solide avec des ratios de solvabilité se situant d’ores et déjà au-delà des exigences réglementaires. Confiant dans l’avenir, BNP Paribas a mis en place un nouveau plan de développement 2014/2016 qui vise à atteindre une rentabilité des fonds propres égale ou supérieure à 10%. Nous tablons pour notre part sur un BNpa de 5 euros cette année.

L’avis de Dispofi : la déception enregistrée l’an dernier montre que le secteur peut encore révéler quelques mauvaises surprises. Mais le groupe français demeure extrêmement solide financièrement et ses profits rebondiront dès l’exercice en cours. En bonne gestion, vous prendrez des bénéfices partiels sur rebond à l’approche des 65 euros.

Plus d'infos sur l'action


Kering

Son chiffre d’affaires est resté stable à 9,74Mds d’euros (+0,1%) tandis que son résultat opérationnel courant se repliait de 2,3% à 1,75Md d’euros. Car s’il a progressé de 4,4% dans le pôle Luxe, il a reculé de 34,3% dans le pôle Sport et lifestyle, du fait des difficultés de Puma. La distribution d’actions Fnac aux actionnaires et les 562M d’euros de charges liées à la cession de Redcats ont lourdement pesé sur le bénéfice net qui s’effondre de 95% à 50M d’euros. Mais le résultat net part du groupe récurrent ne recule que de 3,1% à 1,22Md d’euros, soit 6,91 euros par action. Le dividende est maintenu à 3,75 euros. L’exercice en cours, qui supportera encore au 1er semestre le coût du plan social à mettre en œuvre chez Redcats, s’inscrira en redressement très sensible. Même si les effets de conjoncture et de change restent difficiles à appréhender en début d’année, nous prévoyons en première approche un BNpa de 10,50 euros.

L’avis de Dispofi : la sortie des derniers actifs du pôle Distribution se sera révélée vraiment très coûteuse. Néanmoins, elle sera définitivement soldée avant l’été. Quant à Puma, nous pensons que soit le groupe parviendra à le redresser, soit il finira par le céder. Dès lors, c’est surtout le pôle Luxe qui justifie un intérêt sur la valeur. Ceux qui ne l’ont pas pourront se placer sous 150 euros dans une optique de moyen/long terme.

Plus d'infos sur l'action