Préfon, un régime à points plus sécurisant

Le régime Préfon est aussi souple que le Perp : vous pouvez épargner à votre rythme, sans contrainte ! Mais il présente deux atouts majeurs : les cotisations versées sont immédiatement convertis en points de rente, ce qui garantit le montant de celle-ci ; vous choisissez vous-même le moment de la liquidation, à partir de 55 ans, indépendamment de la cessation de votre activité professionnelle.

 

Vous épargnez à votre rythme. Lorsque vous adhérez, vous choisissez votre classe de cotisations. Il en existe 13 différentes prévoyant des versements allant de 18,62 € par mois pour la première classe à 558,60 € par mois pour la dernière (montants 2012). Vous décidez la périodicité de vos versements, mensuelle, trimestrielle, semestrielle… Vous pouvez ensuite changer de classe chaque début d'année, suspendre temporairement, voire définitivement, le versement de vos cotisations. Évidemment, plus vous êtes jeune et plus vous allez acquérir un nombre de points important.

Vous évaluez facilement votre complément de retraite. Avec le régime Préfon, vos cotisations sont immédiatement converties en points de retraite sur la base des tables de mortalité en vigueur au moment de leur versement. Le nombre de points ne peut pas diminuer, ni leur valeur, celle-ci étant revalorisée chaque année. Vous pouvez évaluer plus facilement ce à quoi vous aurez droit le moment venu, et vous pouvez ajuster vos cotisations au montant de la rente souhaitée.

Au contraire, dans la majorité des Perp, le capital constitué est converti en rente à l’âge de la retraite en fonction des tables de mortalité applicables au moment où vous demandez la liquidation de votre plan. Vous n’avez donc aucune certitude sur le montant de votre future rente !

Vous choisissez la date de versement de la rente. Contrairement à la rente issue d’un Perp, qui ne peut être servie qu’après avoir demandé la liquidation de votre retraite de base obligatoire, la liquidation de la rente Préfon est indépendante de votre cessation d’activité. Elle est normalement prévue à 60 ans, mais vous pouvez la fixer librement entre 55 et 70 ans. Attention cependant, car le choix d'une échéance avancée (avant 60 ans) entraîne l'application d'un coefficient d'anticipation variable selon l'âge choisi : à 55 ans, le coefficient appliqué est égal à 0,80. Cela signifie que vos points seront minorés de 20%. Le choix d'une échéance retardée entraîne quant à lui l'application d'un coefficient d'ajournement : à 65 ans, le coefficient de liquidation est égal à 1,27 ; les points acquis seront donc majorés de 27%. Bref, il est conseillé de liquider votre retraite Préfon après 60 ans indépendamment de votre retraite de base !

Un bonus fiscal plus généreux… jusqu’en 2012

Les cotisations versées au régime Préfon-retraite sont déductibles de vos revenus imposables dans les mêmes conditions et limites que celles versées sur un Perp. Avec un petit bonus supplémentaire, jusqu’à la fin de l’année 2012, si vous rachetez des périodes antérieures à votre adhésion au régime.

Vos cotisations sont déductibles. Le plafond de déduction d’épargne retraite inscrit sur la page 3 de votre avis d’imposition est commun à l’ensemble des produits d’épargne retraite souscrits à titre individuel : en pratique, il s’applique à l’ensemble des sommes versées dans l'année sur un plan d’épargne retraite populaire (Perp) et aux régimes de retraite assimilés, la Préfon notamment.

En clair, cela signifie qu'à hauteur de ce plafond, vos cotisations Préfon versées dans l'année constitue une charge déductible de vos revenus imposables de la même année. Cette déduction vous permet de réaliser des économies d'impôt sur le revenu, proportionnelles à votre taux marginal d’imposition, c’est-à-dire au taux le plus élevé auquel sont imposés vos revenus. Par exemple, si vous cotisez dans la classe 8 cette année, à 111,72 € par mois, vous réduirez vos impôts l’an prochain de 74 € si vous êtes imposable à 5,5 %, et de 550 € si vous êtes imposable à 41 % !

Vos rachats de cotisations aussi. Si vous rachetez des années antérieures à votre adhésion au régime Préfon, et que vous êtes toujours dans la fonction publique, vous pouvez déduire en plus de votre plafond de déduction, les cotisations correspondant aux années rachetées dans la limite de deux années par an. Mais attention, cette possibilité vous est offerte jusqu’à la fin de l’année seulement ! Après cette date, vos possibilités de déduction seront limitées au plafond normal de déduction.

Ne vous précipitez pas sur Le régime Préfon !

Si l'épargne investie en Préfon est garantie du fait de sa conversion immédiate en points de rente, la valeur de ceux-ci ne pouvant pas baisser, le rendement de ce placement est en revanche très peu attractif. Or, le montant de la rente versée à la sortie dépend du capital accumulé jusqu'à cette date, donc du rendement de l'argent placé. La gestion du régime Préfon n'est en effet pas très performante. Le rendement offert actuellement tourne autour de 2,5 %, et il pourrait chuter encore à l'avenir. Aussi, que vous soyez ou non déjà adhérent du régime Préfon, il est peut-être préférable de diriger une partie de votre épargne retraite vers un autre placement plus performant : un Perp pas trop gourmand en frais sur versements si vous cherchez à défiscaliser pendant la phase d'épargne et à percevoir un complément de revenus régulier une fois en retraite ; une assurance vie sans frais et affichant un bon rendement sur son fonds en euros si vous souhaitez obtenir un revenu non imposable à la sortie !

Ce que vous devez savoir avant de souscrire...

Comme le Perp, le régime Préfon est un produit d'épargne retraite. Autrement dit, ce n'est pas un placement comme les autres :

1. Votre épargne est déductible de vos revenus imposables. Elle vous procure donc un avantage fiscal uniquement si vous êtes imposable.

2. Votre épargne est bloquée jusqu’à l’heure de la retraite. Sauf coups durs strictement encadrés par la loi, vous ne pourrez jamais effectuer de retrait, même partiel, en cours de route.

3. La sortie se fait obligatoirement en rente viagère, laquelle est imposable comme une pension de retraite.

4. Vous abandonnez définitivement la propriété de votre épargne à l’assureur chargé de vous verser la rente dès vos premiers versements : en cas de décès pendant la phase de constitution de la rente, vos héritiers ne pourront jamais récupérer les sommes versées, sous forme de capital.

L'intérêt fiscal du régime Préfon n'est réel que si vous êtes lourdement imposé pendant votre vie active et beaucoup moins après. De plus, la souscription d'un tel produit ne doit être envisagée qu'après avoir constitué un patrimoine suffisant à transmettre à vos proches, et non comme la pierre angulaire de votre stratégie patrimoniale (sauf si vous n'avez aucune descendance à gratifier à votre décès !). Enfin, le régime Préfon étant liquidable en rente et non en capital, il n'est intéressant que si vous souhaitez avoir l'assurance de recevoir un complément de revenu régulier et garanti une fois en retraite, pas si vous souhaitez percevoir un capital !

Défiscalisation de l'épargne ou du complément de retraite ?